Durée: 52 minutes

Film: Dehors est un jour fragile (2018)              

Dehors est un jour fragile est une performance filmée, un dialogue expérimental entre le mouvement, le son et l’image réalisé collectivement par Alexandra Bellon, percussionniste, Audrey Bergeron, danseuse et chorégraphe, et Giuseppe Greco, vidéaste, tous trois nourris par le désir de créer un territoire commun.

Dans un univers intemporel, au croisement du documentaire et de la fiction muette, deux personnages sans visage tentent d'explorer à leur rythme le monde extérieur avec leurs peurs, leurs hésitations, leur joie de vivre, leur amour. La relation entre ces deux êtres et leur environnement ainsi qu'avec la présence invisible qui les accompagne crée une oeuvre texturée, fragile et sensible, laissant transparaitre plusieurs facettes de la nature humaine. 

Mot des réalisateurs

Notre intention de départ était de créer un film qui propose un langage à trois permettant à nos disciplines et visions artistiques respectives de rayonner. Quel univers allait surgir de cette collaboration entre cette danseuse et chorégraphe canadienne, cette percussionniste franco-genévoise et de ce cinéaste vaudois?

 

Le jour de notre rencontre, Giuseppe nous offrit en guise de cadeau des masques à gaz, trouvés au fond de son grenier. Audrey avait apporté du Canada une cagoule de plumes. Sur une photo qui trainait, Alexandra vit un graffiti italien que l’on pu traduire par «Dehors est un jour fragile». Le ton était donné ; il s’agirait d’une aventure portée par le hasard et fondée sur la résonance de nos bagages respectifs.

 

Quatre lieux avaient été repérés par Giuseppe : un tunnel de terre au milieu de la forêt, une maison abandonnée, une ancienne station radio et un cimetière d’autobus rétros. En deux jours de tournage, nos deux personnages sans visage se sont lancés dans ces lieux sans scénario, en découvrant leur environnement presque qu’à l’aveugle, suivi par le troisième œil performeur qui captait ce parcours parsemé de moments maladroits, hasardeux, magiques. Sans jamais se parler ni interrompre le flot créatif, ce voyage à trois a fait émerger une complicité naturelle, nourrie de toutes nos conversations : David Lynch, BD, faux documentaires, noir et blanc, Buster Keaton, voyages immobiles, autobus, La destruction de Beaudelaire, un monde sans visage, La Fabrique de mots, ASMR, Le Cercle, chants polyphoniques, inconscient…

 

Ce film basé sur la rencontre, la confiance et le fortuit a permis de créer collectivement une œuvre difficile à définir. Si elle ne met pas en lumière une danse, une musique ou un scénario clairement définis, nous espérons qu’elle évoque et communique l’expérience unique que nous avons vécue.

 

OVER.

Bande-annonce

© Alexandra Bellon
  • Vimeo - White Circle
  • w-facebook
  • Twitter Clean